La parole est à vous

Témoignage d'un habitant d'Aulnoye-Aymeries

Voici la rubrique "La parole est à vous". Comme à l'habitude nous avons interviewé un habitant du rural, qui habite non loin d'Aulnoye-Aymeries. F.V s'est plié au jeu de l'interview il y a plus d'un an. Il nous témoigne de sa vie et de sa foi ci-dessous.

 

- Pouvez-vous en quelques mots me raconter votre histoire ? votre travail ? votre famille ?

Impossible en quelques mots ! Ce ne sera qu’une partie de ma vie mais une des plus importantes :

Je suis, aujourd’hui retraité et mon épouse toujours en activité salariale. Nous ont été proposées  des missions dans notre Eglise et sommes heureux de pouvoir ‘’ servir ‘’

 

Se retrouver séparé, puis divorcé après vingt années de mariage et trois enfants… et le grand bonheur, sur mon chemin de vie, de rencontrer celle qui est devenue mon épouse (civilement) depuis un peu plus de vingt-cinq ans. Elle avait deux enfants et notre motivation commune a été d’aider nos enfants à vivre le divorce de leurs parents. A tout cela s’est ajouté le grand bonheur qu’a été la naissance de notre enfant, notre fils. De là nous vivons pour l’épanouissement de toute notre famille. Mon épouse est un exemple de disponibilité à tout ce petit monde et est une maman au vrai sens du terme pour tous. De mon côté mon cœur appartient à tous et nous sommes très attentifs à préserver l’union des couples et de notre famille. Quand je dis l’union des couples c’est parce que nous voulons témoigner de la durée possible d’un mariage et de la joie de se retrouver tous les jours ; Un seul de nos enfants n’est pas installé en couple et les autres sont tous parents de plusieurs enfants. Nous avons six enfants (un en commun) et quatorze petits-enfants.

 

Je sais ce n’est pas en quelques mots, mais si c’était verbal il y aurait bien d’autres choses à dire.

 

- Dans votre parcours quels ont été vos nuages ? Quels ont été vos rayons de soleil ?

Lors de ma première union : ne pas pouvoir être moi-même, l’échec de dialogue, puis la séparation, le divorce, la peine des enfants.

La rencontre avec mon épouse et me retrouver et pouvoir être disponible sans devoir me justifier, être totalement libre pour servir.

- Quelle place y a la foi ?

Lors des instants de faiblesse j’ai souvent ressenti ‘’ des signes ‘’ et je me suis senti accompagné et sans la foi je ne serais pas…

Ma mission de baptisé je l’ai ressentie, paradoxalement, lors du divorce ou j’ai découvert à la fois les ‘’ sanctions ‘’ suite à mon remariage et grâce à cette nouvelle union je vis un vrai couple et peux vivre et servir.

- Aujourd'hui, décrivez-nous une de vos journées.

Là non plus pas facile ! J’ai pas mal d’engagements aux niveaux de la paroisse, du doyenné et du diocèse et mon premier bénévolat : ma famille = petits-enfants le mercredi, écoles et garderie le soir. J’ajoute que mon épouse étant en activité salariale je me dois de faire (aujourd’hui) la cuisine, quelques entretiens de la maison…

Une constante : mon épouse étant en activité et moi en retraite je me lève tous les matins avec elle et nous prenons le petit déjeuner ensemble.

- Quelles sont vos joies et vos difficultés en famille, dans votre travail ? dans votre lieu de vie ? dans l'Eglise ?

Une attention constante au bien être de toute notre famille nous permet de partager de bons moments.

Le privilège de vivre dans une maison qui est un peu la maison familiale que tous apprécient et où ils aiment nous retrouver, voir à squatter.

J’aime notre Eglise et je subis les règles instituées par ses membres. Je garde confiance pour l’avenir car elle évolue lentement mais sûrement.

- Quels seraient vos rêves en famille ? au travail ? au village ? dans l'Eglise ?

Le mot rêve est un peu fort mais j’aimerais que nos enfants soient heureux et partage leur bonheur.

Que les bénévoles ou missionnés ne s’approprient pas leur mission et partagent leurs engagements en respectant toutes les règles et en aimant ce qu’ils font.

Que les membres de l’Eglise acceptent et vivent la miséricorde du Seigneur.

- Qu'est-ce qui donne sens à votre vie ? quel est votre devise favorite ? Qu'aimeriez-vous dire d'important à un jeune chrétien ?

Pouvoir SERVIR ! Merci à mon épouse.

J’aime ‘’ carpe diem ‘’…

Donne ton sourire… Une phrase qui m’a été offerte lors de ma jeunesse : « Garde ton cœur pur, soit franc avec toi-même, c’est le meilleur moyen de devenir un homme »

- Quelles rencontres voudriez-vous voir proposées par Le Vivier ? sous quelles formes ? sur quels thèmes ?

Je ne connais pas assez « Le vivier »

 

Article publié par Le Vivier • Publié Mercredi 27 février 2019 • 124 visites

keyboard_arrow_up