La parole est à vous

Voici, avant ce Noël 2018, la parole d'un habitant de l'Avesnois, que nous avions interrogé il y a plus d'un an dans le presbytère d'Avesnes. Bonne lecture.

Bonjour

votre initiative est intéressante, et j'y réponds succinctement avec plaisir...mais je ne sais si je suis le profil que vous recherchez en priorité... 70 ans, marié depuis 48 ans, 3 enfants mariés, 10 petits enfants, retraité, heureux sous tous rapports...Donc peut être pas très attractif pour votre enquête...à vous de juger...!

- Pouvez-vous en quelques mots me raconter votre histoire? votre travail? votre famille?

Cf ci dessus... Professionnellement, j'étais commissaire aux comptes et mon épouse conseil en gestion de patrimoine. La seule chose remarquable dans tout cela, c'est que nous jugeons être une "anomalie statistique": jusqu'à aujourd'hui, pas de divorces, tous mariés et à l'église qui plus est, tous en bonne santé, tous bien occupés professionnellement...que du bonheur...qu'avons nous fait pour cela ? En tout cas, nous nous sentons terriblement redevables vis à vis de la société dont, statistiquement, nous détonons !

- Dans votre parcours quels ont été vos nuages? quels ont été vos rayons de soleil?

Nuages, pas vraiment;;;tout au plus la conscience de n'avoir sans doute pas donné à la mesure de ce que nous avons reçu.
Le rayon de soleil permanent, c'est bien sûr la famille, et la chance inouïe d'avoir connu et vécu dans le christianisme

- Quelle place y a la foi?


Cf ci dessus. Sans avoir jamais été de grands priants, de grands chrétiens, nous avons tous les deux eu la chance de "tomber en Jésus" quand nous étions petits...et cela nous a terriblement aidés, marqués, suivis jusqu'à maintenant.
Notre appartenance aux Equipes Notre Dame depuis 40 ans nous a beaucoup enrichis.

- Aujourd'hui, décrivez-nous une de vos journées.

Par chance, elles se suivent mais ne se ressemblent pas. Pendant les temps de vacances: très orientés sur les petits enfants. Pendant les temps scolaires: tout s'est calmé depuis cette année 2017 car nous venons d'atteindre 70 ans, âge limite que nous nous étions donné pour assumer encore quelques responsabilités (essentiellement au niveau paroissial pour Marie Danièle et diocésain pour Dominique). 
Les 70 ans atteints, nous nous efforçons de demeurer disponibles pour tel ou tel service, mais nous ne prenons plus de responsabilité. C'est une règle de vie que nous nous sommes toujours appliqués à observer: faire ce qui nous est demandé pendant le temps prévu, puis laisser la place.

- Quelles sont vos joies et vos difficultés en famille, dans votre travail? dans votre lieu de vie? dans l'Eglise?


A part dans l'Eglise, que des joies qui nous auront vite fait oublier quelques difficultés passagères...toujours jusqu'à présent.
En caricaturant à peine, je dirai que mes plus fortes vexations, je les ai vécues là où je ne les attendais pas: en travaillant dans et pour l'Eglise...mais d'une part mon sale tempérament n'est pas fait pour ce milieu, et il ne faut pas tout noircir: "dans l'Eglise, il n'y a rien qui marche, mais ça avance quand même"...Et puis, en dépit de tout, l'Eglise est belle, et sans exagérer, j'oserai dire qu'elle n'a jamais été aussi belle. La grosse difficulté pour son bon fonctionnement est de fluidifier et de rendre "naturelle" la relation prêtre-laïc...mais c'est une autre histoire....

- Quels seraient vos rêves en famille? au travail? au village? dans l'Eglise?


On ne vit pas dans le rêve... Mon rêve, le seul, c'est de bien vivre ma vie, telle qu'elle se présente chaque jour. Et c'est en même temps une grande chance et un grand luxe de pouvoir dire cela: cela signifie que nous avons une vie sans réelles difficultés...et que malheureusement, je crains qu'il n'y ait pas beaucoup de gens qui ont cette chance.
Mon rêve dans l'Eglise: qu'elle se "décléricalise" non pas en paroles mais dans les faits. Déjà que les prêtres cessent d'être président de droit de toutes les structures à tous les niveaux: paroisse (EAP, conseil éco, paroissial), doyenné, et même diocèse où au plus haut niveau on ne trouve que des clercs. "Revisitons notre foi" le pointait déjà, il y a qqs 6 ans: "Rendez les prêtres à leur sacerdoce" !

- Qu'est-ce qui donne sens à votre vie? quel est votre devise favorite? Qu'aimeriez vous dire d'important à un jeune chrétien?


En toute honnêteté, et j'espère humilité, le sens de ma vie, c'est Jésus, le Christ
ma devise favorite, entre autres..."tout ce qui est fait n'est plus à faire...voyons ce qui reste à faire"
au jeune chrétien: Mords la vie à pleines dents, elle en vaut la peine (au moins je l'espère pour lui!)

- Quelles rencontres voudriez vous voir proposées par Le Vivier? sous quelles formes? sur quels thèmes?


Je ne sais si cela entre dans le rôle du Vivier, mais je trouve qu'il y a un déficit effrayant pour le catho de base du contenu de sa foi et de la Révélation. 
Beaucoup de rencontres, d'échanges, sont organisés. Mais je crains qu'on ne passe à côté de l'essentiel: la connaissance, fut elle purement théologique ou intellectuelle, de la Bible (A. et N.T.), source de toute notre vie chrétienne. De même, quel chrétien de base est capable d'expliquer ce qu'il professe régulièrement: le credo, le Notre Père,  qu'est ce que la messe...
Il ne faut pas se contenter d'action catholique: celle ci ne doit être que la résultante, l'accomplissement d'une foi charpentée, enrichie de la connaissance de son contenu.
...Mais tout ceci ne sont que des opinions personnelles...qui n'engagent que leur auteur...

Merci de ce questionnaire, il m'a donné l'occasion de m'exprimer, même si je ne suis pas le profil type du sondé !!

Cordialement

 

Article publié par Vivier • Publié Vendredi 23 novembre 2018 • 30 visites

keyboard_arrow_up