La parole est à vous

interview d'un retraité de l'Avesnois

55945709

- Pouvez-vous en quelques mots me raconter votre histoire? votre travail? votre famille?

Je suis marié, avec une famille nombreuse, 3 des enfants habitent le même village que moi .J’ai trois enfants mariés. Aujourd’hui retraité.                                                                                          

Dans ma jeunesse, j’ai voulu voir ce qu’était la vie et ce qu’était la mort : j’ai voulu travailler en hopital pour m’approcher des malades, et aider les gens à quitter la vie. Ensuite, je suis devenu professeur, à des élèves de technique et catéchiste. J’ai aimé ce contact avec les jeunes, ce monde d’étudiants.

- Dans votre parcours quels ont été vos nuages? quels ont été vos rayons de soleil?

Mes rayons de soleil ont été ma famille, et mes étudiants. Mes nuages ont été de deux ordres : quand on s’engage en service d’Eglise , on voit parfois d’un mauvais œil le manque de disponibilité le week-end,  temps privilégié pour la famille…, et l’Eglise n’est pas toujours adaptée au monde des jeunes, elle est encore organisée autour des paroisses or la paroisse est un lieu dépassé pour la jeunesse…Mais l’Eglise est encore debout et j’aime cette Eglise envers et contre tout.

Par ailleurs, mes autres nuages sont familiaux : je suis triste quand je vois mon fils seul car sa femme demande le divorce alors qu’ils avaient un enfant en bas âge. Je suis peiné aussi quand je vois que le décès de ma maman engendre des colères chez les uns ou les autres et que les portes claquent ; compte tenu de ma foi, je voudrais trouver une solution qui soit bienveillante pour tous. Comme nous avions du mal à discuter tous les frères et sœurs ensemble, nous avons avancé lentement dans le conflit!). Je me mets au service pour plus d’entente et de partage. Je tente de créer la communion entre tous mes frères et soeurs, il faut s’entendre.

- Quelle place y a la foi?

La foi a, pour moi, une grande place, dans mon rôle de professeur, catéchiste et donc d’éducateur . J’ai tenté de  transmettre la foi. Je me suis senti «missionnaire »  en quelque sorte. Je pense qu’aujourd’hui cet aspect de « pré-alphabétisation » des chrétiens est très important, car les jeunes n’ont plus les racines nécessaires pour puiser profondément l’eau, l’amour du Dieu vivant. Les jeunes posent beaucoup de questions : Le Christ te sauve ? Comment ? Pourquoi ? Il faut être authentique et leur réponde grâce à un langage qu’ils peuvent comprendre. Même en préparation au mariage, il faut faire attention : « Votre amour vient de Dieu »…

Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans un mouvement, mais nous y avons été longtemps avec d’autres engagements en Eglise aussi.

 

- Aujourd'hui, décrivez-nous une de vos journées.

Je commence par la lecture des textes du jour, j’aime beaucoup les psaumes .Sinon en ce moment , j’ai beaucoup d’administratif à régler.

- Quelles sont vos joies et vos difficultés en famille, dans votre travail? dans votre lieu de vie? dans l'Eglise?

Ma joie se trouve dans les relations avec mes enfants, dans la beauté de la nature, dans la transmission de la vie et de la foi. J’ai parlé cependant des difficultés qu’il pouvait y avoir dans cette transmission. Dans mon lieu de vie, j’ai essayé à un moment de m’investir dans mon village au niveau de l’engagement citoyen mais quand j’ai vu que l’un ou l’autre avait des reproches dans la sacoche plutôt que la visée du bien commun, je n’ai pas insisté.                                                                                                                                                   L’Eglise m’a beaucoup apporté .Pour moi, il s’agit de responsabiliser les laïcs en essayant de diminuer un cléricalisme qui fausse tout.

- Quels seraient vos rêves en famille? au travail? au village? dans l'Eglise?

Une bonne entente pour le partage qui suit le décès de ma mère, ceci au niveau de ma famille.

Pour l’Eglise, ce serait d’aller vers une réforme afin de répondre aux jeunes (les temps forts JMJ, Taizé, camps…semblent le dire). Les mouvements peuvent peut être y répondre si …les pratiquants n’absorbent pas tout le temps des prêtres !

- Qu'est-ce qui donne sens à votre vie? quel est votre devise favorite? Qu'aimeriez vous dire d'important à un jeune chrétien?

-«Malheur à moi, si je ne peux pas partager la nouvelle de Jésus-Christ réssuscité ! »                                 Et « Dieu m’appelle ! », « Dieu t’appelle ! » parce qu’il est important  de faire découvrir la présence de Dieu à travers ce qu’ils vivent.

- Quelles rencontres voudriez-vous voir proposées par Le Vivier? Sous quelles formes? Sur quels thèmes?

Je n’ai pas assez participé pour en parler.

 

Article publié par Le Vivier • Publié le Jeudi 12 septembre 2019 - 15h13 • 38 visites

keyboard_arrow_up