Marité prend la clé des champs

Le Vivier doit beaucoup à Marité qui a oeuvré durant 22 ans pour la vie de l'Eglise en rural ou plutôt pour que la vie des gens du rural soit Eglise. Elle a fêté son départ samedi 30 juin 2018 à la maison du diocèse à Raismes.

Raismes

Marité Colpart prend la clé des champs

L'heure de la retraite a sonné pour la déléguée diocésaine des mouvements et associations de fidèles (DEMAF). Marie-Thérèse laisse un sillon profond et de belles semailles.

La chapelle de la maison du diocèse était pleine, ce dernier jour du mois de juin. Ce lieu, l'animatrice en pastorale en répondait auprès de son archevêque, en sa qualité de membre du conseil épiscopal. Marité, 63  ans, épouse de Jean-Pierre, maman de Xavier, Céline et Pauline, vivant à Maresches, totalise 21 années d'engagements divers commencés, après sa formation au CIPAC, dans le mouvement Chrétiens en monde rural (CMR) qui se poursuivra par une collaboration étroite avec le père Jean-Marc Bocquet, son prédécesseur à la fonction de DEMAF, qui donne naissance aux Assises du territoire, en 2006. « Compétence, fidélité, disponibilité, bienveillance » ce sont les mots qui viennent à l'esprit de militants comme Thérèse, Raphaël ou Marie-Christine. Son mari, toujours à ses côtés mais d'une discrétion légendaire, retient « son empathie, son absence de préjugés sur l'autre, sa volonté d'accompagner et de faire connaître ». « Je ne prends pas ma retraite de baptisée, a d'emblée précisé Marité, en accueillant ses hôtes, avec son joli sourire. Veille de la réforme routière, je vais simplement lever le pied ! Les 70 mouvements, groupes et services d'Eglise que nous avons réussi à mieux se connaître entre eux, ce sont des rencontres, des visages, des couleurs et des saveurs... comme une salade de fruits toujours meilleure qu'une... compote ! ». Présidant l'eucharistie, entouré de prêtres et de diacres, Mgr Garnier assurait l'homélie : « Marité est une mamma, une mère attentive, un coeur qui écoute, pacifie, positive, réconforte. Pas si simple de faire travailler, prier lors de récollections communes, des diocésains si divers voire opposés... Et pourtant, c'est par la sainteté des autres que je mets le doigt sur celle qui me manque... Nous avons toujours à apprendre les uns des autres. Alors, que cette maison soit une maison pour tous, où l'on annonce, célèbre et prie un Jésus-Christ pour tous, non réservé à quelques uns. Et que la mission soit relancée, recommencée... ». La procession des offrandes s'illustrait par les... 21 agendas de Marité, présentés par des laïcs du Carrefour de l'Eglise en rural (CER) -dont Les 3 Viviers !- ou des religieuses, tous signes de la rencontre. Beau moment d'émotion posé, lors du geste de paix : Marité traverse la chapelle pour embrasser Marie-Thérèse Delahaye et le père Xavier Bris, ses collègues du conseil épiscopal. Avant de se retrouver autour du verre -désaltérant !-de l'amitié, la jeune retraitée remettait à Myriam Segond, son successeur, les clés du 106 -traduisez : son bureau- et invitait à chanter la Prière à Marie. Car, impossible à taire, Marité, c'est aussi une très belle voix qui n'hésite pas à diriger une assemblée, le dimanche, là où elle pratique sa foi. Alors, clé de sol, clé de si ou de fa, clé des... champs.

 

Bonne retraite, Marité !


Ph. Courcier

 

Article publié par Vivier • Publié Mardi 03 juillet 2018 • 405 visites

keyboard_arrow_up