Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

La parole est à vous !

Un échange de l'enquête en rural de cet été

- Pouvez-vous en quelques mots me raconter votre histoire?  Votre travail?  Votre famille?

 

Né en Belgique, à Liège, dans une famille catholique pratiquante, et formé dans une école et un collège chrétiens, la foi faisait partie de ma vie naturellement, mais je ne cherchais pas à la creuser pour autant, n’ayant pas réalisé avant l’âge de 20-21 ans que Dieu nous conduit à un vrai et profond bonheur et à une plénitude intérieure. Pourtant dès mon adolescence,  j’étais en vraie recherche intérieure, sans savoir toutefois ce que je cherchais. Avide de lectures sur le surnaturel, sur le paranormal, le parapsychologique, et d’autres sujets, j’ai même été attiré par la méditation transcendantale et ce, …sans avoir jamais délaissé la Foi Catholique ! J’ai eu la chance de rencontrer des croyants convaincus, sûrs de leur foi et rayonnants. Leur Foi m’a interpellé en profondeur. Les échanges avec eux m’ont fait réfléchir. A 20 ans, j’ai réalisé que  celui que je cherchais, c’était Dieu, vraiment présent au fond de moi, au fond de chacun, qu’Il était le seul qui puisse nous combler en plénitude, que la Foi est comme un grand trésor à creuser et à découvrir.  J’ai réalisé aussi tous les égarements que j’avais vécus pour en arriver là ! Ces égarements et ces détours (ce que je mentionnais plus haut, notamment ce qui est surnaturel paranormal et ne vient pas de Dieu, et la méditation transcendantale) m’ont sans doute fait bien davantage goûter le vrai et grand bonheur de la rencontre avec Dieu qui est Père, Fils et Esprit.  J’ai connu à cette époque une sorte de boulimie spirituelle.

 

Lors d’une session du renouveau à Beauraing, je fis la  rencontre de celle qui allait devenir 3 ans plus tard mon épouse. Quand c’est Dieu qui unit 2 personnes, on peut Lui faire confiance !

 

Côté travail, j’ai évolué peu à peu, passant sur mon parcours par des petites PME  jusqu’à la grande multinationale, passant successivement de Liège à Bruxelles, puis à Paris et même à Houston.  Mais la vie aux Etats-Unis ne correspondait pas tout à fait à ce qui nous rendait le plus heureux. En outre, la famille et les amis nous manquaient, d’où notre choix de revenir en France pour y vivre et y faire grandir nos enfants. Nous en voulions quatre, nous en eûmes quatre : 2 filles puis 2 garçons. Pour l’épanouissement de nos enfants, nous avons choisi d’aller vivre à la campagne, pour la qualité de vie que l’on y trouve. Cela s’est passé facilement, en profitant d’une mutation professionnelle.  C’est ainsi que nous décidâmes de nous fixer à Fenain, dans le Nord (entre Douai et Valenciennes).

 

Les années passèrent. La vie n’est pas toujours facile… Un licenciement que j’estimai particulièrement injuste a constitué une épreuve qu’il m’ a fallu traverser. Le chômage qui s’en suivit fut une période de mûrissement et de remise en question. Confiant mon avenir à Dieu,  j’ai senti la main de Dieu agir pour me conduire vers le Service des Pèlerinages. C’est fabuleux de travailler pour le Seigneur, pour permettre à des croyants ou à des personnes en recherche de vivre des moments  forts qui enrichissent leur Foi.

 

- Dans votre parcours,  quels ont été vos nuages?  Quels ont été vos rayons de soleil?

 

Nuages : père trop absent durant toute ma jeunesse ; période de célibat avant de rencontrer ma femme ; licenciements.

 

Rayons de soleil : goûter le bonheur d’être aimé de Dieu ; vivre des temps forts lors de retraites ; la joie de s’occuper des autres ; la joie de voir ses enfants grandir, évoluer, s’épanouir ;  recevoir de Dieu de vraies réponses à mes questions.

 

- Quelle place y a la foi ?  Elle est un fort soutien dans les moments durs. Dieu est le Roc sur lequel on peut s’appuyer solidement ! Et il donne un vrai sens à notre vie.

 

- Aujourd'hui, décrivez-nous une de vos journées. Chaque matin, je commence par une oraison (un cœur à cœur avec Dieu), puis par un chapelet.  J’aurais beaucoup de mal à débuter une journée sans ce moment de bonheur et de douceur. Après, chaque jour se passe selon les urgences que commande le travail : réservations d’hôtels, de restaurants, d’autocars, de visites. Réponses à des questions de pèlerins, accueil de ceux-ci. Mais aussi, rencontres dans les couloirs, multiples et variées, toujours enrichissantes.

 

- Quelles sont vos joies et vos difficultés en famille, dans votre travail, dans votre lieu de vie, dans l'Eglise ?

 

En famille, beaucoup de joies, peu de difficultés. Une épreuve quand même avec un enfant souffrant d’un handicap invisible, mais qui le bloque un peu (dysphasie) et constitue des défis qu’il lui faudra vaincre. Difficulté aussi de voir ma mère extrêmement peu réceptive à la Foi alors qu’elle arrive en fin de vie. Dans le travail, difficulté pour atteindre chaque année l’équilibre des comptes qui nous est demandé. Dans notre lieu de vie et dans l’Eglise, nous trouvons notre place, entre autres dans le Relais local. Mais nous réalisons aussi combien l’Eglise souffre du manque de croyants, de témoins vivants, du manque de Foi…  Il y a tellement, tellement de personnes qui semblent si éloignées de Dieu…

 

- Quels seraient vos rêves ?

 

En famille ? Avoir plus de temps libre à passer en famille, pour donner du temps aux autres (ceux de ma famille et à nos amis et famille élargie),  pour aménager nos combles et réaliser une belle chambre pour chaque enfant.  

 

Au travail ?  Avoir un peu moins de travail.

 

Au village ?  Dans l'Eglise ?  Etre disponible pour un service, tel celui des funérailles, qui est un moyen, par le partage d’un deuil, par le soutien que l’on apporte, par notre présence, de pouvoir ouvrir l’Eglise à ceux qui sont en dehors. Ce serait un moyen de rendre un peu tout ce que j’ai reçu !

 

- Qu'est-ce qui donne sens à votre vie ?  Dieu et toute l’espérance qu’Il donne et qui donne un relief et une belle grandeur à notre vie!!!  

 

Quelle est votre devise favorite ?  Selon ma femme qui a de l’humour, ma devise est : « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué J ? » Pour moi : « Confiance, Dieu ne veut que ton bonheur »

 

Qu'aimeriez vous dire d'important à un jeune chrétien ? Creuse ta foi, cherche au fond de ton cœur, un trésor y est caché ! Et tu trouveras le secret du bonheur et ton cœur sera en grande Paix, une Paix qui vient d’En-haut !

 

- Quelles rencontres voudriez-vous voir proposées par Le Vivier ?  Les Palavra Viva. Ou d’autres témoins qui interpellent par la profondeur de leur message ou par leur rayonnement. 

 

Sous quelles formes ?  Sur quels thèmes ? Des témoignages de vie, de conversion, ou des témoins que la foi fait vivre chaque jour. Laisser chacun des témoins le faire comme il l’entend. Puis permettre un échange après.

 

 

Article publié par Vivier • Publié Mercredi 08 novembre 2017 • 36 visites

Haut de page