Les perturbateurs endocriniens, que faut-il retenir?

Le Dr Odile Verier-Mine est intervenue le 11 décembre 2019 à Le Quesnoy

Attention à protéger les bébés, les enfants, les ados et les femmes enceintes de poisons lents et doux

 

LE VIVIER a invité Odile Verier Mine endocrinologue le 11 décembre 2019 au Quesnoy.

Le thème de la soirée :

Les Perturbateurs endocriniens, qu’est ce qui se cache derrière ces mots barbares

 

Qui et que croire ? & Comment faire ?

Devant une assemblée nombreuse, plus de 60 personnes, Odile se présente et trace un bref historique de cette question dont on parle dans le monde médical depuis 15 ans avec des travaux qui ont commencé depuis 9 ans.

C’est une conférence très documentée et très complète avec un diaporama qui amène des données scientifiques, des diapositives humoristiques et pratiques. L’atmosphère est chaleureuse et permet un dialogue avec les participants qui posent des questions, partagent une expérience.

Une vérité qui dérange, un mensonge qui rassure, douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes qui l’une et l’autre nous empêchent de réfléchir. Toujours raison garder

  • Définition : les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques qui modifient les glandes endocrines, ils imitent les hormones naturelles et peuvent prendre leur place, ce qui peut entrainer une modification des noyaux des cellules, les pathologies sont alors transmissibles.

Comment on les rencontre ? en mangeant, en buvant, en les inhalant ou par la peau.

Quelles pathologies ? ce sont des petites molécules qui peuvent agir à dose très faible, l’effet n’est pas proportionnel à la quantité.

Ces molécules peuvent agir sur la reproduction, le métabolisme, la fonction thyroïdienne, le système nerveux, le système immunitaire.

Il y a des périodes très sensibles, la grossesse et l’enfance, surtout la puberté.

Les effets peuvent être différés dans le temps.il peut y avoir un effet cocktail.

Qui sont ils ?

le bisphenolA(dans les plastiques),les perfluorés (revêtements antitache et hydrofuges ) les parabénes,les pesticides, les phtalates(articles en pvc, jouets d’enfants)

Le niveau de preuve scientifique: la toxicité par précaution peut remplacer la preuve absolue (distilbéne, DTT)

  • Historique

Au lendemain de la première guerre mondiale, les gaz toxiques ont été utilisés

Le Dtt remonte la chaine alimentaire, étude  de Rachel Carson « silent spring » en 1962

Règlement européen Reach en 2007

En 2017 prise de conscience en France, réseau environnement, santé, pas de bisphenolA dans les biberons et les couches

Ou sont ils ?

Dans le glyphosate, dans les jouets plastique, dans le maquillage, dans le téflon, dans les meubles en aggloméré,dans l’eau...

On trouve dans les cheveux des enfants, phtalates et pesticides dans tous les échantillons.

Beaucoup d’expériences sont effectuées sur des animaux.

Quelles conséquences ?

Chez l’humain, on retrouve l’obésité, le diabète et les dérèglements de thyroïde

Une puberté plus précoce chez les filles

L’autisme, l’hyperactivité ?

On connait les conséquence du distilbéne sur deux générations, puberté précoce, cancer du sein, endométrie, , hypo fécondité masculine, cancer des testicules,

 

Agir, Que retenir ?

Laver les jouets en plastique, choisir des jouets en bois

Toujours laver et éplucher les fruits et les légumes

Filtrer l’eau du robinet

Varier l’alimentation (bio, local)

Eviter téflon, scotchgard

Utiliser verre, inox, terre cuite, fonte émaillée, fer, porcelaine

 Pour les plastiques il faut choisir les numéros, 2, 4 ou 5 (inscrit sur le produit dans un triangle)

Aspirer, laver, aérer

Continuer à combattre les autres poisons ; alcool, tabac, sédentarité

dans ces sites, recettes de fabrication de nettoyants naturels.

Des documents ont été distribués à la fin de cette conférence très intéressante

Jackie Delcourt

Article publié par Le Vivier • Publié le Lundi 06 janvier 2020 • 309 visites

keyboard_arrow_up