Une suite à donner pour un "Nouveau Monde"

après le ciné-débat comment agir chez nous ?

Après avoir vu le film "Nouveau Monde", Nicolas Soyez et Christian Quintin ont animé un petit débat sur les idées que l'on voyait émerger à côté de chez nous pour une meilleure relation à la terre et aux hommes.

       Ce soir-là, la cinquantaine de personnes présentes avait été invitée à regarder le film en retenant comment l'expérience relatée dans le film avait pu fonctionner. Beaucoup ont retenu la mise en valeur de l'intelligence collective: "Ce n'est pas l'abeille qui fait le miel, c'est l'ensemble de la ruche", nous sommes donc invités à réfléchir en groupe à nos façons de vivre, de produire, de consommer. Dans cette période d'incertitudes, les PME apparaissent comme plus facilement transformables: les inventions peuvent se multiplier pour la récupération, la réparation d'objets, la fabrication de nouveaux outils (ex: en rural, des outils adaptés à la permaculture)...inventer pour être autonome.

Les crises et les laissés-pour-compte de la société de consommation nous poussent à réagir pour aller vers plus de vivre-ensemble et de partage (des biens de première nécessité pour tous)

"Tu ne peux rien arrêter, je ne peux faire demi-tour, on est en route , en chemin pour changer le monde."

"Way to change the world, step by step we'll change the world"

La plus grande expérience collective présentée dans le film "Nouveau Monde" est celle de la ville de Loos en Gohelle, vous trouverez ci-dessous un extrait de l'article d'une action concrète proche de chez nous qui gagnerait à faire des petits !!! et ci-dessous un lien vers une vidéo expliquant la démarche de transition de Loos-en-Gohelle :

Vidéo Youtube

Cliquez ici

 

"Parmi les toutes dernières réalisations concrètes, on peut citer celle de l’église photovoltaïque. Il fallait refaire la toiture et sécuriser l’église, qui fait partie du patrimoine communal. Un léger surinvestissement permettait de réaliser une toiture photovoltaïque ! Aussi avons-nous travaillé en lien avec les services de l’État, qui nous ont accordé une bonification de la dotation globale de fonctionnement, et nous avons obtenu une subvention du Fonds européen de développement régional (Feder). Puis nous avons noué un partenariat avec Enercoop pour revendre l’électricité ainsi produite. Une fois l’investissement amorti – ce qui sera rapidement le cas grâce aux subventions décrochées –, l’opération rapportera 4 000 euros par an à la ville. Cette initiative de transition énergétique s’inscrit parmi bien d’autres : centrale photovoltaïque LumiWatt de recherche et développement au pied des terrils (63 000 kWh produits par an), projet de ferme éolienne dans la plaine agricole, subventions communales aux particuliers pour la mise en place d’une installation photovoltaïque ou d’un chauffe-eau solaire, installation de panneaux solaires au foyer-logement pour personnes âgées et sur le local des services techniques, mise en place de chaudières à bois…" Jean-François Caron - Source Revue projet, cliquer ici

 

 

 

 

 

Article publié par Le Vivier • Publié le Vendredi 29 mars 2019 • 166 visites

keyboard_arrow_up