Vivier: un café-rencontre sur le thème de l'eau

Une quarantaine de personnes ont participé à cette rencontre sur le grand et le petit cycle de l'eau, la qualité et le prix de l'eau (eau de source, minérale, du robinet), et les menaces qui pèsent sur l'eau. Ludovic Lesven nous a ouvert les yeux ...

Toute l'équipe du Vivier-Pays de Mormal ( Florence, Christophe, Aladine, Brigitte) remercie vivement Ludovic Lesven, breton, sensibilisé à l'environnement dès l"enfance, devenu chercheur en chimie de l'environnement à l'université de Lille, pour ses apports clairs, et pédagogiques sur ce thème très sensible de  L'EAU.

Nous remercions également le maire de Gommegnies venu introduire les débats en expliquant que le village de Gommegnies de 2300 habitants a été beaucoup drainé pour l'exploitation des pâtures mais que cela pose aujourd'hui des problèmes car les drains provoquent une augmentation de la quantité d'eau en rivière et par la suite des débordements sur les routes,qu'il existe aussi un problème de pollution des rivières et que l'eau donnée au bétail finit par être impropre.

Ludovic Lesven travaille sur les outils de mesure de la pollution de l'eau  (rivières, lacs, milieux marins) pour voir quel est l'impact de l'activité humaine sur la faune et la flore notamment.

                              Parmi les presents ,plus de la moitié des personnes avaient des recupérateurs d'eau

En moyenne en France ,il y a 800 mm de pluie chaque année, mais cela  diminue.

Sur la terre, la ressource d'eau douce disponible correspond à moins de 1 % de toute l'eau sur la terre, il y a donc peu d'eau directement consommable car sur cette eau douce ,77¨% existe sous forme de glaciers et 33% en lacs, rivières et nappes phréatiques.

Or l'activité humaine tend à augmenter les éléments qui vont nuire à la qualité de l'eau par l'industrie et l'agriculture, incorporation de polluants.

Les stations d'épuration sont aujourd'hui très efficaces et la qualité del'eau du robinet est quasiment équivalente aujourd'hui à celle de l'eau en bouteille

                                      1.  Consommons de l'eau du robinet pour éviter la production de bouteilles plastique est la première recommandation ( prix d'1l d'eau du robinet= 0.03€, eau d'Evian= 0.42€, cristalline=0.18€ , on peut avoir des eaux VOSS, Orezza, Alba vendues à 133€ du litre ! sans que la qualité intrasèque soit prouvée sauf par des outils marketing et publicitaires sophistiqués)

                                      2.Jusqu'à présent la France ne réutilise que très peu ses eaux usées (3%) or ces % passent à 8% en Italie, 14% en Espagne, 80% en Israël. Etant donné la qualité de l'eau ressortant des stations d'épuration, on pourrait en imaginer une meilleure réutilisation en irrigation, lavage de rues, et autres usages selon nécessiterait une transformation des mentalités et des tuyauteries...

Si l'on considère les menaces qui pèsent sur l'eau, on relève:

- le changement climatique: les mappes phréatiques ne se rechargent plus de la même façon à cause de l'augmentation de la température de l'eau, la diminution de la pluviométrie.

- la montée des eaux: cela pourra provoquée une intrusion saline, avec problème pour l'agriculture et des neppes phrétiques pourront être touchées, l'ozone ne marchera plus pour le traitement de l'eau; et le bromure produit par l'acidification pourra provoquer des cancers.

- l'eau plus chaude: elle permettra dans un premier temps une augmentatio de l'oxygène dans l'eau donc benefique pour la photosynthèse mais catastrophique pour le developpement excessif des algues vertes.

- les fortes pluies dans des moments inopportuns: elles ne rechargent pas les nappes phréatiques (la bonne pluie est la petite pluie fine en hiver quand elle n'est pas absorbée tout de suite par la croissance des plantes du printemps par exemple)

Quelles solutions?

- la reutilisation des eaux usées

- la volonté de moins imperméabiliser les sols avec béton et bitume

- la récupération des eaux de pluie (citernes à la construction, trouver de nouveaux systèmes d'utilisation de l'eau dans les bâtiments, faire attention à toute évacuation d'eau...)

- solutions "miracles": deplacer des icebergs, filets de captage des nuages,créer des nuages avec iodure d'argent pour faire pleuvoir... A EVITER !

-REDUIRE SON EMPREINTE HYDRIQUE DONC REDUIRE TOUS SES ACHATS  

la fabrication d'un hamburger demande 2800 litres d'eau soit l'utilisation d'un mois d'eau d'un français moyen

une chemise en coton requiert 2500 litres, une plaquette de chocolat de 200g: 3400 litres d'eau .

 

La rencontre s'est déroulée dans une atmosphère bon enfant , malgrè la gravité des propos,en goûtant notamment différentes sortes d'eaux.

On peut conclure avec une phrase du pape François même s'il n'a pas été évoqué samedi, on voyait que tout était lié...

 

"La croissance démographique est pleinement compatible avec un développement intégral et solidaire. Accuser l'augmentation de la population et non le consumérisme extrème et sélectif de certains est une façon de ne pas affronter les problèmes"  Pape François

 

 

 

Pour l'équipe du Vivier Pays de Mormal

S.M

Article publié par cmr • Publié le Mardi 26 mars 2024 • 185 visites

keyboard_arrow_up